Lettre ouverte d’un comptable au RSI

Cher RSI,

Au commencement, je ne te connaissais pas, toi le Régime Social des Indépendants.
Et non, on ne parle pas beaucoup de toi durant les études de comptabilité et gestion, mes parents étant eux-mêmes salariés je n’avais jamais vraiment entendu parler de toi.

Jamais, jusqu’à mon premier stage en cabinet comptable.
C’est là que nous avons fait connaissance, tes appels de cotisations, lettres de relance et autres. Mais je n’étais qu’un stagiaire, je ne faisais que trier les papiers dans les bonnes pochettes, pas encore trop de responsabilités ni d’interactions avec toi. Ceci dit, j’ai tout de même entendu parler de toi au cours de mes trois petits mois de stage, et rarement en bien je dois te l’avouer.

Aujourd’hui, je suis collaborateur en cabinet d’expertise comptable, et tu sais ce que fait un collaborateur en cabinet comptable, cher RSI ? Et bien il s’occupe de recueillir les documents comptables et financiers des entrepreneurs, tient leur comptabilité, fait leurs déclarations fiscales et parfois un peu de psychologie je dois te l’avouer. Psychologie de la vie quotidienne, psychologie comptable (ce qu’ils peuvent faire ou pas faire), psychologie fiscale (le poids des impôts, tout coûte cher tout ça)… Mais surtout de la psychologie vis-à-vis de toi en fait, très cher RSI.

En à peine trois années de travail, j’ai en effet découvert les dessous de ton (dys)fonctionnement : les appels de cotisations qui arrivent au compte goutte ou à la suite, les montants différents à chaque courrier, les non-affiliations, les… Je continue cher RSI ?

Allez, juste pour le plaisir je te livre MA perle de chez toi (rassure toi ou non, nous en avons tous au moins une). Tu te souviens quand tu as envoyé un huissier réclamer des cotisations impayées pour le mari de ma cliente… Décédé depuis deux ans ?

J’ai tenté de te comprendre, j’ai créé un compte sur ton espace à chacun de mes clients mais cela ne manque pas : dès que la situation évolue (un peu trop) vite tu es perdu, tu ne sais plus ce qui se passe et tu refuses d’être raisonnable, surtout lorsque le cotisant sort de ton régime ou lorsque tu lui dois de l’argent !

Oh oui, ne fais pas l’innocent, tu sais très bien qu’il est très difficile de sortir de ton giron ou de se faire payer des trop perçus. Tu as en revanche la gâchette facile en ce qui concerne les relances, notamment avec les huissiers n’est-ce pas ? Le pire dans tout ça, Ô cher RSI, reste ton rappel de cotisations antérieures pour des années passées depuis… Plusieurs années !

Au vu de tout cela, cher RSI, j’ai décidé de ne plus te conseiller auprès de mes clients. Ton cousin URSSAF est peut-être plus onéreux, mais il faut avouer qu’il est bien mieux organisé que toi raison pour laquelle de plus en plus de tes cotisants le choisissent.

Tu sais quoi ? En fait les gens aiment savoir ce qu’ils vont payer, et n’aiment pas les rappels antérieurs qui « piquent ». Alors je t’en conjure, débrouille toi pour faire quelque chose ou tu seras bientôt seul avec tes téléconseillers sur les bras dans quelques années.

Sans rancune,

Un simple collaborateur comptable…

Une question ? Une info ?

N'hésitez pas à nous envoyer un message !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?